Tout voir au naturel » Santé » Quand pratiquer une chirurgie endoscopique

Quand pratiquer une chirurgie endoscopique

La chirurgie endoscopique est un exploit manuel réalisé par les professionnels du domaine. Elle sert généralement à corriger un traumatisme grave, à traiter une infection ou encore à extraire une structure pathologique.

Qu’est-ce qu’une chirurgie endoscopique ?

La pratique de l’endoscopie chirurgicale représente une alternative aux entailles de parois et leurs éventuelles complications. Les chirurgiens utilisent la chirurgie endoscopique pour constaté les effets de différents organes inaccessibles à l’œil nu. Elle présente de nombreux avantages et est moins agressive que la chirurgie ordinaire.

Avantages

La chirurgie endoscopique est l’examen le plus performant réalisé pour étudier la paroi de l’œsophage et de l’estomac. Elle permet de rechercher la présence de kystes et de tumeurs dans le pancréas. C’est un examen provoquant moins de dommages et peu troublant pour le patient qui se rétablit plus rapidement.

Inconvénients

Malgré ces performances, il faut retenir que quelques risques de perforation d’organes sont liés à cette chirurgie. Cela requiert l’utilisation d’appareillage indispensable et coûteux. Cette intervention nécessite aussi un personnel formé et la disponibilité de chirurgiens bien avisés.

Dans quelles conditions pratiquer la chirurgie endoscopique ?

La pratique de la chirurgie endoscopique se réalise suite à des prescriptions médicales. Il peut faire suite à la présence de symptômes digestifs tels que la diarrhée, les douleurs persistantes et les traces de sang dans les selles. Cet examen peut aussi être recommandé en vue de dépister ou opérer une lésion cancéreuse.

En quoi consiste-t-elle ?

L’endoscope utilisé pour cette pratique est constitué d’un tuyau optique doté d’un système d’éclairage. Associé à une caméra vidéo, cet instrument peut refaire la transmission de l’image sur un écran. L’endoscopie chirurgicale est réservée à de diverses interventions.  Il s’agit entre autres de l’ablation d’un ménisque, d’une tumeur de la vessie, de polypes.

Cette méthode d’exploration est également utilisée pour l’ablation d’une hypertrophie de la prostate. Elle permet aussi de visualiser des endroits inaccessibles pour traiter de nombreux cas de stérilité. Lors d’une hémorragie digestive par exemple, la chirurgie endoscopique est utilisée pour la coagulation des vaisseaux sanguins. En plus de cela, elle permet de retirer des corps étrangers dans l’œsophage et dans les bronches.

Quels sont les différents types de chirurgie endoscopique ?

Le type de chirurgie endoscopique le plus observé est la cœliochirurgie suivie de l’arthroscopie. La cœliochirurgie est en principe pratiquée sous anesthésie générale. Le médecin-chirurgien inocule du gaz carbonique sous les côtes gauches ou au niveau du nombril du patient avec une aiguille. Cela permet d’éloigner la paroi des viscères et favorise le maniement des appareils.

À l’aide d’un trocart, il fait passer l’endoscope à travers une entaille réalisée au niveau de l’ombilic. D’autres outils tels que la pince tractrice, le ciseau électro-coagulateur et le matériel de suture participent également aux incisions. À la fin de l’assistance, le gaz préalablement introduit émigre par les accès qui sont ensuite suturés.

Par ailleurs, l’arthroscopie est une méthode favorisant l’exploration d’une articulation interne. Cette intervention est réalisée grâce à l’endoscope et a pour objectif de déceler des irrégularités articulaires. Elle est essentiellement effectuée au niveau du genou et de l’épaule. Cette pratique consiste aussi à faire à des prélèvements destinés à des analyses.